Après des études en arts appliqués dans le nord de la France et en Belgique, je me suis lancée dans l’aventure de la bijouterie en intégrant l’école BJO de Paris. Après 2 ans de formation, j’ai obtenu mon CAP techniques de la bijouterie-joaillerie en 2011, et j’ai poursuivi les cours pendant 2 ans de plus pour obtenir un BMA art du bijou en 2013.

Passionnée d’histoire, j’ai intégré en 2008 l’association d’histoire vivante Druzhina-Hansa, au sein de laquelle j’ai eu l’occasion de produire mes premières copies de bijoux anciens. Au cours de ma formation, j’ai travaillé de concert avec la Direction de l’archéologie préventive de Douai sur un fac-similé de trésor carolingien. Ce travail fut mené sous la direction de mon maître de stage, François Allier, artisan bijoutier à Saint-Maurice-sur-Loire, réputé pour son travail sur la fonderie à l’époque gauloise et sur la granulation antique.

Forte de ces expériences, j’ai décidé de créer mon entreprise dès la fin de mes études, et de proposer mon savoir-faire aux musées et aux amateurs d’archéologie.

J’ai déjà acquis la confiance de 7 structures muséales. J’ai développé des gammes de bijoux correspondant à leurs collections, gammes qui sont vendues dans leurs boutiques.

Depuis 2013, j’ai rejoint l’équipe bénévole de l’archéosite Randa Ardesca, qui travaille actuellement sur la période gauloise. Sur ce lieu, j’expérimente parfois des techniques de bijouterie, mais aussi d’autres artisanats fins comme par exemple le tissage.